30 septembre 2008

Habiter au bord de la panique

titre_panique

Du 2 au 12 octobre j'ai été invité à participer à Habiter au bord de la panique, un "moment de visibilité" mis en place par le collectif Grenoblois Ici Même:

Champ   d'expériences /// une manifestation

La   panique peut-elle être un sentiment diffus, comme si le sol bougeait sous   nos pieds ? Ne sommes-nous pas astreints à être   perpétuellement mobiles, confrontés à un « nomadisme   » et une précarité durables ? Parfois, il est urgent de   savoir s’arrêter, de choisir le rythme de la marche. À l’heure   de la « société du risque » nous sommes sommés   – en tant qu’artistes – de définir et d’assurer   à tout moment un « retour sur investissement ». Nous avons   pourtant décidé d’ignorer les formatages du spectacle et   de réunir ce collectif pour un processus plutôt qu’une forme,   un champ d’expériences comprenant l’indéterminé   et l’improvisation comme outils. Ces expériences inviteront à   modifier notre perception de l’environnement, nos schémas de représentation,   au risque de la perte des repères.

Ceci   n’est pas un festival, mais au moins un « moment   de visibilité ». Durant six jours, donner à voir des expériences   d’artistes, d’architectes, d’écrivains, de musiciens,   de danseurs... Croiser des trajectoires urbaines, dont certaines ont commencé   il y a longtemps, ailleurs, dont beaucoup se prolongeront encore, après...  

Ceci   n’est pas un festival, mais... nous serons nombreux et   même plus que prévu ! Ouvert sur appel à participation en   mai dernier, un groupe s’est peu à peu constitué autour   de cette idée d’« habiter au bord de la panique ».   Collaborateurs, complices de plusieurs années, voisins, commerçants,   rencontres de voyage, venus de Marseille, Bordeaux, Paris ou Bruxelles. Ce champ   d’expériences s’est ouvert aux auteurs, aux singularités   qui ont voulu s’en saisir. Une seule contrainte : s’inscrire dans   un processus d’échange permettant la constitution de ce collectif   provisoire, un groupe à notre image, en déplacement et sans territoire   d’appartenance trop défini.

Habiter   au bord de la panique #2 convoque la ville, le quotidien, les   usages et relations sociales comme terrain d’expériences indisciplinées,   inquiètes, brouillées.

le programme (mouvant) et bien plus d'infos sur leur site internet: http://www.icimeme.org/

********************************************************************************

IMG_2391IMG_2445Photo_032

En parallèle aux ateliers de construction d'émetteurs micro FM que j'ai animé et qui ont rencontrés un certain succès  j'ai aussi été de la partie pour:

              - un brunch radiophonique sur l'antenne de radio campus Grenoble que vous pouvez écouter ici.

              - une improvisation dans un cadre encourageant le lyrisme avec Raphael Vens et Damien Magnette des Miniatures Confidentielles que vous pouvez écouter là. Il s'agit d'un projet de sonorisation du mobilier urbain avec des micros contact. le mobilier en question est ensuite joué comme un instrument le public écoutant la retransmission sur place à travers un petit émetteur FM. C'est dans la forme assez proche du Soundgarden en Finlande au mois de mai et ou nous avions joué une maison... Vous pouvez visiter leur site là: http://www.lesminiatures.be/  écouter un extrait de notre session ici et apprécier l'automne juste en dessous:

Photo375Photo377Photo374


Posté par rightinfront à 15:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Habiter au bord de la panique

Nouveau commentaire